Le Teil a une histoire de par sa situation au bord d’un fleuve : le Rhône.
« C’est là seulement que les cités du Vivarais offrent des sujets d’étude aux archéologues, aux artistes. Elles sont les plus anciennes ; on y trouve des restes de civilisations primitives, des vestiges de monuments romains, des œuvres du moyen âge... »

Par cette situation privilégiée, le Teil a toujours été un lieu de passage. Toute sa construction en découle.
Le quartier du château, constitué au début du XIII° siècle, fut le premier site de la bourgade du Teil. Son port, établi à la place des Sablons, au XVI° siècle, va modifier son image.

Le village s'installa ensuite au pied de la montagne, près du Rhône. La rue Kléber, la voie principale, était le centre commercial de la cité. On peut y voir des devantures d’anciens commerces, des demeures aux portes sculptées, des maisons de mariniers, le grenier à sel  probablement créé par François Ier, le temple, dans l’ancienne chapelle fondée en 1360, les maisons sont contiguës et longent la rue.

Cinq de ces demeures, construites entre le XVI° et le XVII° siècle, sont dites bourgeoises (n°5-5 bis, 11-13, 43, 61, 76 bis-78 ter) : leur surface occupe de vastes parcelles descendant jusqu’au Rhône ou jusqu’au grand chemin ; elles ont jardin et dépendances. « Etablies en front de rue et bâties sur un terrain incliné, les demeures de la rue Kléber comportent toutes un jardin à l’arrière. »

Puis les hameaux encore éloignés : Mélas, le plus ancien, a joué un rôle important par sa situation géographique au carrefour de la vallée du Rhône et de la voie vers la cité romaine d’Alba, Frayol, quartier essentiellement rural, la Violette où s’installent les ouvriers des cimenteries, le Teillaret où les employés du chemin de fer vont se fixer.
L’habitat n’est pas isolé, la plupart des maisons rurales sont regroupées en hameaux.
L’occupation de la campagne se renforce dans les années 1840-1860 sans doute liée au développement de la sériciculture.
Avec l’arrivée du chemin de fer en 1876 la ville s’étend vers le nord.
Après la rectification en 1868 de la route impériale(n86) le Teil s’étire vers le sud.

L’extension du Teil a commencé après l’arrivée du chemin de fer, principalement entre 1890 et 1915, puis pendant l’entre-deux-guerres avec la venue de la main-d’œuvre étrangère à la société Lafarge et les facilités d’aides à la construction, comme la loi Loucheur à l’origine de lotissements à la Croix-Rouge et à Chambaud. Les quartiers nord et sud finissent par se rejoindre. Le bâti s’étend de la limite de Rochemaure jusqu’à la sortie de la Violette.

 
PRESENTATIONchapitre PRESENTATION
accueil
LE TEIL

Comme toute ville , Le TEIL a une histoire.


Notre Club a essayé de la retrouver et de la faire partager à travers le patrimoine


Cette petite ville , entrée de l’Ardèche Méridionale, 8000 habitants environ, située dans un couloir de communication entre montagne et Rhône, est  née de la route ancienne voie romaine, du fleuve Rhône -transports des voyageurs et des marchandises - et à partir de la fin du 19ème siècle du chemin de fer

 

ARDECHE

VUE GENERALE du TEIL