Depuis le début du XX° siècle, le service des voyageurs était suspendu sur le Rhône en raison de la concurrence du chemin de fer. Pourtant, en 1912, se crée la CLNP : “Compagnie Lyonnaise de Navigation et de Plaisance”. 

Pour la première fois, on parle de tourisme, de plaisance sur notre cher fleuve.

Le « Ville de Lyon », magnifique bateau, est mis en service au printemps 1914. Il a une longueur de 56 m, une largeur de plus de 12 m avec les 2 aubes. C’est un bateau à 2 ponts, pouvant accueillir de très nombreux passagers. Sa coque est entièrement métallique et il est propulsé par une machine à vapeur de 500 cv, construite à Zurich. Tout le bateau est éclairé à l’électricité au moyen d’un moteur à vapeur indépendant de la machine motrice. Ce bateau, sans doute le premier bateau plaisancier du Rhône, est destiné à faire découvrir les charmes de la Vallée du Rhône.
           
Malgré la guerre de 14-18 qui, bien sûr ne favorisera pas son exploitation, il effectuera de nombreux trajets entre Lyon et Avignon. “C’est en quelques heures de paisible et confortable contemplation un magnifique et double ruban de paysages grandioses ou charmants de villes, de ports, de ponts et de remparts anciens, de splendides vestiges romains, de ruines féodales curieusement perchées sur les deux rives du fleuves…”. C’est de merveilles en merveilles la prestigieuse transition du nord au midi.

 

Le naufrage du “Ville de Lyon” au Teil.

 

 

 

 

 

LE "VILLE DE LYON"
accueil
le fleuve rhône

Hélas, le 1er juin 1923, le « Ville de Lyon » termina sa brève carrière en s’écrasant contre une des piles de l’ancien pont du Teil. Accident spectaculaire qui, fort heureusement ne fit aucune victime.

L’épave du Ville de Lyon contre une des piles du pont du Teil

La chaudière du bateau restera longtemps contre la pile centrale du pont. Elle ne sera évacuée qu’après la guerre de 39-45 par l’entreprise Héraudeau, chargée de déblayer rapidement le pont bombardé pour permettre le passage des bateaux.