Comme beaucoup de communes proches du Rhône, le Teil a été soumis jusqu’aux aménagements de la 2ème moitié du XXème siècle aux caprices du fleuve voisin. Régulièrement, certains quartiers étaient inondés et l’eau montait parfois à la Violette, Frayol mais aussi à la Mairie et Place des Ecoles.

Au cours des siècles, de nombreux écrits nous indiquent des crues dramatiques, dont on pourra retenir celles de 1226 et 1570 (quantité de maisons sont emportées à Valence, Montélimar, le Teil…). Au gré de ces crues, le Rhône s’est déplacé, venant lécher parfois les murs des maisons teilloises, allant aussi vagabonder dans la plaine voisine (cela explique que certaines anciennes îles, pourtant sur la rive gauche du Rhône, font partie de la commune du Teil).
           
Au XIXème siècle, 3 crues sont particulièrement mémorables :

1840 : La culée de la rive droite du pont du Teil, alors en construction, est emportée. Le 31 octobre, l’eau monte à 8,32m en Avignon. En 1841, puis en 1842, d’autres crues créent de nouveaux dommages au pont (pour 46500 F en 1842).

1856 : cette crue est maintenant prise comme crue référence sur le Rhône. Dans un compte-rendu du Conseil Général de l’Ardèche, on peut noter :
« Depuis notre dernière session, le département de l’Ardèche a été cruellement frappé. Aux épreuves toujours cruelles et douloureuses d’une année de disette, dans un pays qui ne produit pas le quart du blé qu’il consomme, est venu se joindre le fléau de l’inondation. Pendant 21 jours, tout le littoral du Rhône a été couvert par les eaux, et cette crue si désastreuse déjà par sa durée, a causé plus de mal encore par l’élévation extraordinaire de son niveau qui a dépassé presque partout de plus de 30 cm celui de 1840. Trois ponts furent emportés, dont ceux du Pouzin et de Rochemaure, cinq chaussées détruites, sept digues rompues, tous les ouvrages de défense des riverains contre le fleuve endommagés. Des milliers de mûriers sont déracinés, toutes les récoltes submergées sont anéanties. Personne ne conserve le souvenir d’une pareille catastrophe. »

1896 : nouvelle crue très importante.

 

Les inondations au Teil

 

 

CABANON SUR LEQUEL SE TROUVENT LES MESURES DES CRUES

Quelques photos de 1935 et 1955.

 
INONDATION ECOLE DU CENTRE
INONDATION CHEZ JULLIAN
INONDATION BD STALINGRAD
HAUTEURS DES CRUES


1er nov 1896

 

  31 mai 1856

 

  3 9bre (= nov) 1840

 

 

 



 

 

 

 

 

  Sur une cabane de jardin, près du chemin de fer, au nord des Cartonnages Girard, on peut voir les niveaux atteints par les eaux du Rhône au cours de ces 3 inondations : impressionnant !

Inondations et sècheresses apportent aussi aux riverains du Rhône des risques d’infection.  En 1839, 1/5 de la population du Teil est atteinte de la fièvre due aux « lônes » laissées par le Rhône. On creuse donc un canal d’assainissement bordé de peupliers d’Italie et de saules.

En 1870 et 1871, on comble les « lônes » occupées au plus fort de la sècheresse, par des eaux en état avancé de corruption.

Plusieurs digues sont construites pour canaliser le Rhône, favorisant la navigation.

Au XXème siècle, les crues de 1935 et 1955 notamment, restent dans les mémoires des anciens Teillois.

 
 

Dans les années 60, la construction du barrage des Rochemaure et du canal de dérivation semble vouloir mettre fin aux problèmes liés à la proximité du Rhône. Pourtant, en 1992 et 1993 puis en 2002 et 2003, des quartiers entiers du Teil seront à nouveau submergés causant de gros dégâts aux riverains.

accueilaccueil
retourle fleuve rhône
 
VUE GENERALE DES INONDATIONS
inondations Bd Stalingrad
inondations à la Poste
iInondations transports JULLIAN
inondations aux Ecoles du Centre
vue générale des inondations