L’accident d’avion à Mélas

Le 21 août 1945 s’est produit à Mélas un terrible accident d’avion. En voici le compte-rendu du journal de l’époque :

“ Le hameau de Mélas, qui prolonge le bourg du Teil a été le théâtre, hier matin, d’un terrible accident d’aviation.
A neuf heures, les habitants voyaient passer en ordre parfait cinq bimoteurs étincelants sous les premiers rayons du soleil, et se dirigeant vers le sud. Tout à coup, l’un d’eux quitta la formation et commença à décrire des cercles en descendant vers le sol. Manifestement, le pilote, son appareil en perte de vitesse, cherchait un terrain d’atterrissage. De l’un des moteurs une épaisse fumée commençait à s’échapper.

L’avion survola le hameau et, parvenu au quartier du Moulin, voulut franchir la colline qui se dressait devant lui. Les témoins entendirent le bruit assourdissant des moteurs que le pilote essayait de lancer à plein régime. Malheureusement, ce fut en vain, et l’avion, dans un choc terrible, entra littéralement dans la colline.

Des flammes gigantesques s’élevèrent qui pendant deux heures détruisirent les restes de l’appareil,  endeuillant le sol d’un immense tapis noir. Les sauveteurs accourus se trouvèrent en présence d’un spectacle atroce. Les corps des occupants gisaient carbonisés au milieu du brasier, alors que les fourrés d’alentour étaient maculés de débris sanglants.
Les deux moteurs, aux hélices tordues, avaient été projetés à une trentaine de mètres de là. Enfin, il ne      restait qu’une masse informe de la cellule de l’avion.

Vingt corps furent retirés. Une femme se trouvait parmi les victimes. L’identification, en raison de l’état des cadavres, est difficile et on ne saurait rien affirmer avant la communication officielle, par l’autorité militaire, de la liste des passagers.

 

 

 

 

 

 

 

 

Cependant, on sait déjà que l’avion, un “Marauder” n° 53, du Groupe Gascogne, était parti de Bron, faisant partie d’un convoi de cinq appareils. Il se rendait en Afrique du Nord, pour y déposer des militaires appartenant à la 1ère Armée Française, qui venaient d’être démobilisés. ” 

 

 

 

AVION ACCIDENTE

 

 

Une semaine après, la Mairie du Teil recevait une lettre de félicitations du Général Lasserre, commandant la 4ème Région Militaire (le maire était alors M. Joseph Thibon) :

“A l’occasion du douloureux accident aérien qui s’est produit sur le territoire de votre commune, le 21 août, je tiens à vous exprimer toute ma reconnaissance et à vous témoigner, ainsi qu’à toute la population du Teil, l’expression de mes sincères remerciements pour l’entier dévouement et l’ardente compassion dont vous avez fait preuve à l’égard des victimes et pour les décisions aussi rapides que parfaites que vous avez prises personnellement pour l’organisation de la chapelle ardente et des obsèques.


Je vous demande de bien vouloir féliciter particulièrement en mon nom, MM. Théoule, Bome, Brescoin, Ribier, le gardien de la paix Dauphin, le pompier Vernet, Gailland Romain et M. MarteL, l instituteur.
L’hommage ému de toute la population du Teil, qui a littéralement couvert de fleurs les cercueils des victimes, sera certainement profondément ressenti par leurs familles si douloureusement éprouvées.

échos teillois

accueilaccueil